lundi 2 juillet 2012

Ibn Al Rabin, je t'aimerais même en mec, même en militaire


Ibn Al Rabin (c’est un pseudo) est drôle. Très drôle. Et c’est pas donné à tout le monde, d’être très drôle. Il suffit pour ça d’avoir assisté à quelques mariages pour s’en rendre compte, entre le diaporama, les chansons modifiées et les discours préparés, force est de constater qu’il y a une différence entre un rire forcé (haha) et un vrai rire spontané (uhuhuh maisquilestcon).

Suffit aussi de lire quelques Bds qui se veulent humoristiques, mais n’entrons pas dans ce débat, car la pire question qu’on puisse me poser c’est ‘bonjour, mon père aime l’humour, qu’est ce que vous avez de drôle, sachant qu’il a déjà tous les Profs’. Ils sont néanmoins quelques uns à sortir du lot, et pas que des Suisses amateurs de fanzines, du coup l’horizon se dégage et on va continuer de bien se marrer dans nos chaumières à coups de comment vas-tu yau de poêle ?

Bref.

Ibn Al Rabin, donc.
Il nous revient pour mon plus grand bonheur (j’utilise mon possessif car ils sont sortis pour mon anniversaire, ce que je trouve plutôt chic et teinté de tendresse) en cette fin de premier semestre avec deux ouvrages, dont une patte de mouche chez l’Association (lu rapidos et qui vaut ses 3€). Attardons nous du coup sur celui de l’Atrabile, qui a apporté joie et bonheur et fous rires au sein de mon foyer, qui n’avait pas connu de telles vibrations depuis les dernières Bd de James (Amour, Passion et Cx Diesel et le tome 4 d’Open Space), avec en plus du gâteau d’anniversaire plein la bouche (j’insiste sur ce fait car je viens de passer un cap important dans ma vie, et que mes gâteaux d’anniversaire sont toujours super bons avec beaucoup de chocolat et de glaçage et de moelleux et de bougies).

Bref.

Contribution à l’étude du léger brassement d’air au dessus de l’abîme, comme vous l’aurez deviné depuis, c’est le titre de l’ouvrage en question.qui me fout des larmes au milieu des rires. En fait pas vraiment, mais j’avais envie de citer du Reggiani. Je pense pas avoir prévenu au début, mais cette chronique va être très décousue pour cause d’enthousiasme débridé que j’ai du mal à contenir, et dans ces cas là je réfléchis pas des masses à ce que j’écris et ça donne un peu n’importe quoi. J’espère que c’est communicatif, car là tout de suite c’est tout ce qu’il me reste. Retenons surtout que nous nous trouvons au milieu de rires. Car Ibn Al Rabin est drôle. Très drôle. Il l’avait déjà prouvé dans le parfait Autre fin du monde (épuisé à présent, ce qui est bien dommage), où il faisait étalage de sa maîtrise de la narration et du rythme. Car c’est pas évident de raconter des histoires rien qu’avec du noir et blanc et des petits bonshommes sans cous. D’ailleurs je le soupçonne d’avoir voulu montrer qu’il pouvait aussi dessiner de manière plus traditionnelle (son côté Chris Ware) sur quelques pages dans cette dernière Bd, mais ma foi, ça colle assez bien.

Je vais à présent écourter pour me refaire quelques uns de ses dialogues savoureux (qui en vrai sont surtout à mourir de rire sur place façon Roger Rabbit). Car les occasions de se marrer ne sont pas toujours légion, dans mon rude métier, je vais donc la saisir par le cou.
(non, vraiment, c’est pas facile de faire rire).

10 commentaires:

  1. Bon anniversaire alors, 16 ans c'est un passage, n'oublie pas d'aller t'inscrire en mairie ;o))
    Je note immédiatement cet auteur que je ne connaissais pas, s'il est drôle, c'est tellement rare, c'est vrai.

    RépondreSupprimer
  2. JOYEUX ANNIVERSAIIIIIIIRE !!! En vous souhaitant plein de bonnes choses, en particulier plein de regards féminins extasiés et peu de retours !!! :3

    RépondreSupprimer
  3. HAPPY BIRTHDAY !!!!! Que les 365 jours à venir pour vous soit remplie de fous rires et de bonnes lectures !!!!
    En tout cas votre billet ci dessus m'a bient fait sourire!
    Qu'est ce que ce doit être quand on a lu l'oeuvre en question?

    RépondreSupprimer
  4. pourquoi souhaité bon anniversaire un 3 juillet alors qu'il est né un 26 juin;étrange .

    Ceci était un petit message du côté obscur de la Force que même un super libraire ne pourra pas l'identifié.

    RépondreSupprimer
  5. Bon bin voilà je l'ai lu. C'est vrai qu'il est bien sympa, alors merci pour le conseil. J'irais peut-être en chercher d'autres de cet auteur, du coup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. eh bien tu sais quoi, ça me fait rudement plaisir

      Supprimer
  6. Oui alors moi j'ai une question.
    On le range à Ibn à Al ou à Rabin?

    RépondreSupprimer
  7. fais comme moi, évite ce genre de probleme en le rangeant à Atrabile

    RépondreSupprimer
  8. ma bédéthèque est bien trop petite pour ça.
    J'ai déjà une étagère comics, 20cm bd cainri qui n'a plus d'indé que le nom mais pour les amerloques si ya pas de capes c'est indé alors on va suivre bêtement le protocole, et puis le reste.
    Pour moi il va dans le reste.
    Enfin bon, si même toi tu es incompétent, je vais pas m'acharner et le mettre un peu n'importe où. Il y fera joli quoiqu'il arrive.

    RépondreSupprimer